Compte rendu de la réunion du 21 février 2022

COMITÉ DEFENSE SPECTACLE CULTURE

Compte rendu résumé de la réunion du comité défense spectacle culture du Lundi 21 février. Nous étions 48 ,28 en Visio et 20 en présentiel, de différents secteurs des arts et de la culture.

Roland rappelle la genèse du CDSC , constitué en avril 21 contre les fermetures de lieux et pour les droits sociaux notamment. Ce comité ne cherche qu’à aider la mobilisation sans volonté d’hégémonie. Nous n’oublions pas les mobilisations en 2019 , le gouvernement s’est servit du covid pour appliquer sa politique, comme le dit Barbara Stigler le covid a été « un effet d’aubaine ! » Nous constatons que les aides sont allées aux structures institutionnelles mais les compagnies, danse , théâtre, cirque musique en ont été exclues comme les professionnels.

On nous rabâche «  vous avez l’année blanche , de quoi vous plaignez vous ? » mais cela ne suffit pas pour vivre et nous voulons exercer nos métiers !

Encombrement des saisons ; combien de projets ne verront pas le jour ? Le cinéma est aussi touché ; combien de films non distribués ? Il y a une grave crise de la distribution.

Ce constat nous conduit à l’alerte évidente concernant en tout premier lieu la précarisation des artistes : compagnies, collectifs, indépendants, salariés publics et privés. Beaucoup quittent nos métiers comme le confirme l’Afdas.

Au delà des problèmes économiques et sociaux cette politique atteint la liberté de création conduisant invariablement à une extermination de la culture diversifiée et à la mains mise de l’industrie sur l’ensemble des délégations publique par à une privatisation des secteurs de la culture.

Nous devons échanger librement, chaque point de vue sera respecté, certains s’engagent dans les élections , d’autres non. En tout cas beaucoup agissent, il y a beaucoup de comités ou collectifs comme le notre ne faudrait il pas tous se réunir et que nous proposions une rencontre nationale de tous ces regroupements ?

Présentation des acteurs et de leurs choix respectifs d’expression d’engagement au travers de leurs récits, spontanés, sincères, bienveillants, révoltés, relatant de leur vision citoyenne d’une crise sanitaire, ayant impacté fondamentalement cette question de l’essentialité de l’Art. Ces acteurs étaient présents en présentiel et en vidéo conférence.

Jean Louis du Collectif les Essentiels : Présentation du Projet : Galerie de portrait associé à un témoignage de leur histoire et sur le refus de la vaccination. Le seul moyen d’éveiller les consciences par l’émotions. Pour éveiller, on ne peut avancer seul et le collectif a donc sollicité des personnalités du spectacle connu. De nombreux artistes ont déjà adhéré au projet : Victoria Abril, Pascal Légitimus, Annie Duperey, Corinne Masiero….

L’objectif était de faire publier une tribune dans les grandes presses qui jusqu’à ce jour ont refusé, avec pour argumentaire, la ligne éditoriale. Libération est le seul à avoir effectuer un retour officiellement négatif.

Laurent , cinéaste indépendant. A participer à toutes les manifestations des gilets jaunes, contre la loi globale, le pass, jusqu’à son agression par trois policiers, remise en question de son engagement sur ces manifestations et positionnement par l’art en réalisant un nouveau film totalement auto produit. Il explique les deux pôles du cinéma : le cinéma de marché, cinéma des gros groupes et le cinéma dit indépendant. Laurent explique sa nuance sur le cinéma dit indépendant, par la dérive évidente de l’utilisation du CNC crée par Malraux, par des producteurs qui ont intégré cette institution et qui utilisent les subventions, les télévisions pour faire leur cinéma avec des budgets très élevés (5 millions d’euros) et dont les dépenses ne sont pas contrôlées. Surfacturation de leurs revenus de producteurs, de réalisateurs et de ceux des comédiens. Cela signifie que l’avance sur recette crée par Malraux afin de permettre l’existence de film de culture face aux films de marchés, n’existe plus. Le CNC demande aux cinéastes de remplir un document soulevant la question du nombre d’entrée et donc de sa rentabilité. La SRF informée de tout cela n’a jamais mobilisé aucune attention, aucune action. Ils ne veulent en aucun cas s’engager. Concernant la distribution, lors d’une réunion au CNC, qui avait invité l’ensemble des distributeurs, des plus petits jusqu’au grands groupe, les gros distributeurs ont dénié le rendez-vous. Résultat concret : les films sortent entre 300 et 600 copies et s’approprient donc une part trop importante. Ce fonctionnement est rentré dans la Norme. Résultat les indépendants sont obligés de sortir leurs films avec minimum 300 à 350 copies et la demande de nombre de spectateurs est de 500 000 entrées. Tous ceux qui sont en dessous doivent donc compenser ces manques par leurs fonds propres. Cataclysme dans le cinéma, les règles nouvelles exterminent donc les plus petits.. Laurent termine en se disant : je ne suis pas dupe !

Clio, intervient à son tour. Comédienne, metteuse en scène et autrice, son point de vue se décline tout d’abord sur le chant de l’émotion. Cette analyse de la situation l’amène avec son compagnon à échanger sur l’isolement et l’envahit avec douleur. Elle a communiqué avec de nombreuses personnes. Sa question, sans pour autant être dans une position anarchiste, se demande pourquoi, malgré le désaccord de la majorité des professionnels sur le pass sanitaire, chaque théâtre et leur directeur, applique les consignes. Elle met en avant la décision des théâtres belges qui ont refusé de fermer  leur porte. Elle a rédigé un courrier destiné aux directeurs afin de les mettre en exergue de répondre à cette question de l’obéissance. Elle a remporté un concours dont le thème est la phrase de Rosa Parks « Je suis fatiguée d’être traité comme une citoyenne de seconde zone »  mais elle ne s’y rendra pas pour s’opposer à cette décision d’appliquer la consigne du pass, qui lui semble relever d’un paradoxe absolu. Elle s’exprime avec passion sur ce qui lui semble essentielle : la libération de la parole des directeurs et directrices de lieux. De #MEETOO en passant par Greta Thumberg…Pourquoi pas les artistes ? C’est sa question, qui reste à ce jour sans réponse….

Gilles de LYON est le nouvel intervenant, en Visio cette fois ci. Il est auteur de théâtre amateur. Ils font beaucoup à Lyon pour la défense des milieux culturels. Ils ont eu l’idée d’organiser devant la mairie de LYON un grand happening réussissant à franchir le mur des médias. On a sous-estimé à quel point l’objectif gouvernemental est de détruire la culture vivante. L’été dernier avec le collectif avait été posée l’idée d’une conférence d’urgence pour préparer la rentrée. On a un peu baissé la garde mais aujourd’hui on a pris conscience de L’objectif gouvernemental et l’idée culturelle numérique, les plateformes afin d’orienter les choix vers le profit. « On l’a dit, on l’a pensé fort et on a lâché. Et bien on a eu tort » Associé au groupe France insoumise, le collectif a essayé de maintenir une résistance de la culture. 27 mars conduire une action pour la journée mondiale du théâtre : un cortège avec tous les talents cumulés artistiques. 1 ne pas lâcher conférence, 2 rendre visible.

Louis, est le troisième intervenant ébéniste au au mobilier National, secrétaire CGT du mobilier national et des manufactures. Même pensée que Laurent concernant le CNC mais du point de vue des institutions. Plan de relance pour la relance de la culture. Lock out des musées, tout le monde s’est positionné sur la perte des billetteries. Or la billetterie c’est ¼ des ressources.

Le reste des ressources ce sont les actes de privatisation, location pour tournages, soirées privées et autre. Le milliard mis sur la table en matière de financement des pertes ne correspondent donc qu’au perte établie par le manque de fonds privés, c’est-à-dire du manque de mécénat, location des espaces donc de la privatisation. Présentation du patrimoine. Lorsque des mécènes, des fonds de pensions, mettent la main sur le patrimoine, ce n’est pas pour l’accès à la culture pour tous, mais pour maintenir une utilisation privée de ce patrimoine. Cela rejoint l’analyse de la décomposition du CNC. Ce qui conduit à mener une réflexion commune sur la privatisation de la culture dans son ensemble.

Jeanne, comédienne, metteur en scène.

Jeanne manifeste comme elle le peut, mais elle constate qu’il y a très peu d’artiste. Jeanne dirige une compagnie dans laquelle sur 30 personnes 5 sont à son sens éveillés. Pour elle le problème fondamental de notre pays relève de l’information. Afin de faire passer des messages, il faut qu’ils soient à double sens car parmi les journalistes, il y a des dupes. Jeanne pense également qu’il y a des actions de rue à conduire . Malgré tout tracts et affichettes ne tiennent pas et sont très vite arrachés. Elle ne faisait qu’y reprendre les propos même de Monsieur Véran en 2021. Un octogénaire en février 2021 s’est étonné qu’un double vacciné, avait pour obligation recevoir une troisième dose sous peine de suppression de pass. Entouré de deux avocats il est allé au conseil d’état, voici le résultat du mémoire :1 le vaccin n’est pas si sure, 2 s’il concerne un variant il est encore moins sure, 3 ce n’est pas parce que vous êtes vaccinés que vous n’êtes pas contaminant et 4 vous pouvez tout en étant vacciné développer une forme plus grave. La justice n’a pas bronché. L’omerta est évidente concernant l’analyse de la situation est donc orientée par la pensée gouvernementale. Jeanne peut mettre à disposition l’ensemble des liens concernant son enquête et elle pense que les artistes ont de nombreuse matière à disposition, pour se positionner.

Michel nous informe lors de son intervention que des attaques ciblent la liberté de création en décidant d’orienter les moyens et dotations publique vers les sujets de la transitions écologique et les questions « citoyennes » a travers le prisme du capitalisme, ce qui crée un précédent d’autocensure et de censure de la part des acteurs du secteur. Il précise que tout les canaux sont ciblé (ARTCENA , le groupe Radio et France TV). Il nous rappel la méthode avec laquelle les GAFAMs sont entrés dans le groupe radio France depuis 2015, ce qui ressemble à un premier pas vers la libéralisation du groupe national.

Delphine au nom du Synavi (Syndicat des Arts Vivants) qui relate les difficultés traversées par le réseaux des acteurs et lieux de culture indépendants. Il est à noter la convergences et l’écho des revendications « maintient et respect de leur droits » aussi bien que pour les artistes que pour les technicien.ne.s . Elle nous fait part aussi des problèmes que soulèvent le maintien du Pass sanitaire devenu vaccinal pour la professions comme l’annulation de date et aussi du fait que les aides de relance n’ont ciblé que les très grosses structures et que l’aide n’a pas « ruisselé » vers les indépendants et les plus petites structure. Delphine nous fait aussi part de la plateforme de revendication en vue des prochaine échéance électoral dans notre pays.

Florence  du collectif des bibliothécaire en lutte, nous fait un rappel de la mobilisation national de cette corporation qui depuis le début de l’été 2021 c’est retrouvé le dos au mur face au différents desiderata du GVT Macron, à commencer par les jauges puis un coups plus dur porté par la mise en place du pass Sanitaire/Vaccinal. Les bibliothécaire se sont retrouvé sans réponse de la part des syndicats et ont dût s’organiser en dehors de leur circuit. Les bibliothécaires, selon Laurence, ont eu une grande difficulté à faire passer leur message sur les risques de tel décision, la fréquentation des bibliothèque réduite d’un tiers des usagers et une invisibilisation des populations toucher car elle serait autoexclut. Il est important de rappeler que les suspensions de travailleurs sont aussi appliquer dans ce secteur.

Une membre du parlement de l’Union populaire qui est aussi syndicaliste à FO et enseignante, Ophélie nous parle de la résistance qui s’est organisée contre les protocoles sanitaire de Blanquer et Macron et qui désorganise structurellement l’école publique ressemble au même méthode appliqué en parallèle par Bachelot et Macron. Comme la perte du statut public par la contractualisation des enseignant qui pourrait être apparenté à celle de la liquidation des caisses de cotisations des intermittents du spectacle. L’appauvrissement des moyens financiers, matériels ainsi que l’isolement des compagnies, groupes, artistes et techniciens de tout style engendre une grande difficulté dans la diffusion de contenu culturel innovant ou libre, d’entrave à l’expression et à la création à l’échelle locale ou national ont été mis en exergue suite au COVID. Il y a un lien entre la destruction de l’enseignement et celle de la culture.

Virginie nous fait part du combat quel mène au côté des artiste de Jazz, musiques caribéennes et d’improvisation, pour faire reconnaître les statuts multiples qui permettent aux artistes de pouvoir assurer un revenu stable (intermittents, auto entrepreneur …). Elle nous annonce qu’aujourd’hui les statuts du syndicat des artistes de Jazz musiques caribéennes et d’improvisation ont été déposés .Les gouvernements se succédant , tout a été privatisé et les plus petits ont complètement été ignoré des indemnisations. Les artistes ont souvent plusieurs statuts différents, un peu d’intermittences, un peu d’enseignement , un peu d’auto entrepreneur. On nous demande de nous libéraliser en tant qu’artiste car les institutions qui nous embauchent ne font plus de salariat. Quand j’ai demandé un débat publique sur une radio j’ai reçu des menaces,  j’ai du me situer sur le plan juridique et me déclarer comme lanceuse d’alerte pour être protégé. Il y a une corruption par cooptation dans mon milieu qui aboutit à une inégalité des répartitions budgétaires avec des gros festivals qui accaparent tous. L’industrie musicale a raflé la quasi intégralité de tous les budgets que cela soit sur la tv publique, sur la radio ou dans les territoires.

Martin :« Je suis co-coordinateur du groupe culture de la FI. Nous avons un groupe assez vaste qui s’élargit de jours en jours. Il est clair qu’il y a une précarité galopante chez les artistes. Il y a une pression énorme sur les services publiques des arts et de la culture qui est en plein démantèlement. Il faut continuer a sortir du bois pour se battre contre cette pression politique de démantèlement de la culture. Il faut un débouché politique à cette situation et quelque soit ce que l’on pense de Mélenchon cela vaut le coup de soutenir Union Populaire qui fini de rédiger le livret culturel et qui combat les politiques libérales.,

Franck :  « Responsable FO des artistes « Je souscris  pleinement à la proposition d’une nouvelle rencontre, plus large, avec tous ceux, tous les groupes qui résistent et je propose que le comité rédige un texte de soutien à la démarche de Clio, à faire signer, pour montrer aux directeurs qu’elle exprime un sentiment partagé par beaucoup, et ne pas la laisser seule face à eux . Depuis  2 ans, le message qui nous est délivré c’est que nous ne sommes pas « essentiels ». Nous avons eu le droit aux annulations , aux jauges , aux passes sanitaires et vaccinales.Pour le gouvernement il y a trop de compagnies indépendantes, elles doivent disparaître parce qu’un indépendant c’est libre. »

 

Stephan : « Il y a beaucoup de gens qui résistent de partout, des groupes , des compagnies, des collectifs.

Il faut s’adresser à tous ces groupes et collectifs pour passer à l’action.

C’est pour ça que suis d’accord avec l’idée d’une conférence de défense des métiers du spectacle et de la culture qui rassemblerait le plus largement possible et qui déciderait des actions à mener.

Laurent: Je vous ai tous entendu c’est formidable ,moi dés le début j’étais gilet jaune ,j ai pratiquement fais toutes les manifs, mais c’est bien beau de discuter s’il n’y a pas l’action, si on ne décide pas par exemple d’envahir le CNC, si on ne fait rien ca n’amènera rien, je suis aussi à l’Union Populaire, si on ne fait rien on l’aura dans le C…la guerre est la , elle est déjà faite

Martin : ( FI Culture) l’idée d’une tribune de pros du spectacle a été lancée ça va venir, prochainement sortira le programme culture de l’ Union populaire et parallèlement un appel pour un service public des arts et de la culture ( titre provisoire) va sortir et on vous le fera passer bien sur

Clio: comment rassembler , faire un site? apolitique qui rassemblerait toutes les initiatives de tout le monde, FB y a de la censure, l ‘idée de se rassembler est bien mais ne pas s’enfermer dans nos métiers il s’agit d’une révolution qui touche toute le monde, c’est pas une révolte mais un changement de civilisation, il faut se rassembler. Moi j’ai pris des décisions , graves, mais si on présente son pass … voila c’est un choix. Moi je ne suis plus malheureuse de ne pas aller boire des verres, chacun à son niveau on peut agir.

Jean Louis  « le 20 mars c’est très bien faut y être mais c’est dans un mois. Il va se passer des choses. Ce qu’on s’est dis les artistes le comprennent mais la population non. Je pense qu’il faut quelque chose de marquant. Avez vous entendu parlé de la chanteuse Chloé qui a été arrêtée à Nice samedi parce qu’elle voulait chanter Liberté; On parlait de tribune mais je crois qu’elle devrait commencer par ça cette arrestation, qui parle à toute le monde. Elle a trois chefs d’accusation : appel à l’insurrection et tapage nocturne à 19h ! si on démarre la tribune par ça je crois que ça parle à beaucoup de gens. Chloé a raison de dire «  toutes les dictatures ont commencé comme ça ! »

Florence « on a mis en place chez les biblis une plateforme collaborative Framateam

« culture en résistance » il y a des canaux publics et privés avec cet outil. Une possibilité pour débattre. Écrire à bibsanspass@mailo.com.Je fais circuler une feuille pour qu’on est les mails de tous. »

Sylvie «  je voudrais continuer la discussion sur FRAMATEAM ou ailleurs pour décider des actions Ne pas oublier que « le pire ne s’impose jamais. »

Virginie  « j’ai fais un lancement d’alerte qui a été adressé à tous les partis politiques et aucun ne m’a répondu, aucun retour, rien en deux ans n’a été fait; l n’y a plus de contre-pouvoir. Une alerte sur tous les problèmes économiques , de précarités, culturels au plan national et territoriale .Ca fait un an que je ne fais que ça et j’ai finalement obtenu la tenu d’une commission au CNM .Si tous ensemble on pousse , on planche , on interpelle votre appel a eu 500 signataires et le prodiss qui a tout le pouvoir en matière de musique a 300 adhérents… »Tous pour la musique «  c’est une farce un regroupement pour nous écraser, les privés ont tout pris et vont nous tuer.

Roland « je récapitule ce qu‘on s’est dit ; Se battre contre la privatisation des arts, du patrimoine , briser notre isolement et pour cela créer un moyen de communiquer entre nous, se battre contre les atteintes à la liberté de création aussi bien dans le spectacle vivant que dans le cinéma, continuer à se battre contre le pass vaccinal. Les aides sont allées qu’aux grosse structures mais les artistes en ont reçu peu et sont plongés dans la misère . Décision de lancer un appel à tous les collectifs, comités des arts de la culture pour se rencontrer rapidement. Avant le 1 er tour. Il faut que 3,4 personnes rédigent un compte rendu et aussi un appel à tous ces comités pour se rencontrer, en proposant une date de réunion. Merci de nous faire remonter les infos de tous les comités. Michel est chargé de driver l’appel aux directeurs de salles.

Propositions acceptées par toutes et tous

Laisser un commentaire

Semaine du handicap ENSEIS ... |
Semaine du handicap ENSEIS ... |
module handicap 2 promo umtiti |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus

TESTING